Le conte chaud et doux des chaudoudous de Claude Steiner

Lecontechaudoudou livrePour tous les âges !

Ce conte commence dans un pays merveilleux de gentillesse et de bonheur où chacun distribue des « chaudoudoux » (signes de reconnaissance positifs – caresse, bisou, câlin, surprise,…) à ses semblables.

 

Les chaudoudoux sont inépuisables, chacun a alors le sentiment d’exister et de compter aux yeux de sa famille et des autres. Chaque habitant peut ainsi ressentir qu’il a de la valeur, et qu’il est reconnu pour ce qu’il est.

 

La sorcière Belzépha n’en pouvant plus de ce bonheur, organisa le manque de chaudoudoux. Elle fit croire aux habitants qu’à en distribuer sans compter ils finiraient par en manquer… Elle en profita pour leur vendre des filtres et des potions pour remplacer les chaudoudoux.

 

Les habitants dépensèrent sans compter pour se procurer des potions, mais ils ne se sentaient pas mieux. De peur qu’ils meurent du manque de chaudoudoux et qu’elle ne puisse plus rien vendre, Belzépha inventa les « froids-piquants » (signes de reconnaissance négatifs – punition, coups, injure,…), qu’elle camoufla de plumes pour qu’ils paraissent aussi beaux et chauds que les chaudoudoux.

 

Les habitants s’épièrent, se refermèrent sur eux-mêmes et gardèrent jalousement le peu de chaudoudoux qui leur restaient. Les chaudoudoux se faisaient rares, les froids-piquants les avaient remplacés, les gens se sentaient malheureux et froids dans leur cœur, mais ils ne mourraient presque plus …

 

C’était un monde devenu triste, où l’on avait des comportements agressifs, désespérés…Les habitants auraient tout donné pour avoir un Chaudoudou ! Certains travaillaient dur pour en gagner… Jusqu’à ce que l’arrivée d’une étrangère remette en cause le plan échafaudé par Belzépha…Et que les enfants, à l’écoute de leur « petite voix » suivent ce changement.


Les signes de reconnaissance sont aussi indispensables à la vie que la nourriture ! Le besoin de reconnaissance par les autres est donc un besoin vital.
Si l’histoire vous a plu, nous vous invitons à lire la fin, l’imaginer, la réaliser, à échanger autour de ce livre en famille…

 


pastedImageNous vous proposons de « jouer » à la distribution de chaudoudoux à la maison, en créant votre sac à chaudoudoux. Chacun pourra alors écrire un message positif aux membres de sa famille à propos d’une activité réalisée ensemble, d’un moment partagé, d’une attention appréciée, d’un service rendu ou bien encore d’une parole gentille. Recevoir un chaudoudou c’est être reconnu pour qui l’on est, c’est exister, c’est apprendre à recevoir. Donner un chaudoudou c’est apprendre à donner, faire preuve d’empathie, c’est comprendre que nos actes, nos paroles, nos décisions ont des conséquences sur les autres. Nous sommes responsables de la manière dont nous communiquons !

 

Quelques mots sur l’auteur : Claude Steiner était un psychothérapeute et disciple d’Éric Berne, le fondateur de l’Analyse transactionnelle. Celle-ci est utilisée pour comprendre, gérer, changer et tenter d’améliorer les relations entre des individus, ou au cœur de certaines organisations ou entreprises. Claude Steiner a un jour imaginé d'expliquer l'Analyse transactionnelle aux enfants. Voilà comment est né en 1969 le conte des Chaudoudoux.


" Il n'y a guère au monde un plus bel excès que celui de la reconnaissance". La Bruyère

Fanny

On parle de nous - On parle des autres

RocketTheme Joomla Templates